Coupe du monde féminines: David veut terrasser Goliath

13 juillet 2011 - 11:09

Malade, Bini a ironisé sur la supériorité américaine mais ne s'avoue pas vaincu avant la demi-finale historique de Mönchengladbach (mercredi 18h00).
.
Soubeyrand et Franco rigolent à l'entraînement... Mais les Bleues veulent faire mordre la poussière aux USA.(REUT)
Soubeyrand et Franco rigolent à l'entraînement... Mais les Bleues veulent faire mordre la poussière aux USA.(REUT)

.

Personne n'y aurait songé. Mais Bruno Bini a eu droit à une question sur l'affaire DSK la veille d'une demi-finale de Coupe du monde féminine ! Interloqué, le sélectionneur a zappé la question - «Nous prenons juste du plaisir sur le terrain» -. Et il a eu raison. Malade, celui-ci a pourtant «vomi» avant de se rendre mardi à Mönchengladbach en compagnie de Caroline Pizzala, la seule à avoir été privée de sieste. Un choix réfléchi car, à cause du règlement FIFA, les Bleues n'ont pas eu le droit de s'entraîner au Borussia Park, mardi, puisqu'elles avaient déjà foulé cette pelouse contre l'Allemagne.

Outre ces péripéties, le sélectionneur a notamment expliqué la supériorité américaine par l'engouement de tout un pays pour le soccer : «Si les États-Unis sont classés numéro 1 au classement FIFA, il doit y avoir quelques raisons. Et puis quand un pays a 2,5 millions de licenciés, il a moins de mal à trouver 21 joueuses que nous qui en avons 60 000». Néophytes à ce niveau de la compétition, les Bleues vont rencontrer une formation qui a l'expérience de ce genre de rendez-vous. Les USA ont toujours atteint les demi-finales d'une Coupe du monde en six participations. Personne n'a fait mieux...

Les USA craignent «l'une des meilleures attaques du monde»

Les Etats-Unis déroulent

Même les statistiques sont contre la bande à Bini. En treize confrontations, la France a enregistré un nul et une victoire (ndlr : en 1990, lors d'un tournoi en Bulgarie) face aux États-Unis. Cependant, la Fédération américaine ne reconnaît même pas ce match puisque, pour elle, la France avait rencontré une sélection bis ce jour-là. Pour autant, Caroline Pizzala ne trouve pas ce défi insurmontable : «Elles se sont qualifiées pour les demies avec les tripes, comme nous. Nous avons tout donné pour atteindre cet objectif, nous ne voulons pas nous arrêter là», lance Pizzala. Même sentiment chez Bruno Bini qui a imagé. Comme d'habitude. «On a déjà vu David terrasser Goliath, nous ne partons pas battus, loin de là

Les Américaines (photo Reuters) arrivées lundi en fin d'après-midi à Düsseldorf après six heures de trajet auront eu moins de temps de récupération que la France. Facétieux, Bini a presque trouvé ça normal : «Comme elles sont plus costaudes... Ce sera plus équilibré. C'est comme dans les courses de galop, quand vous êtes plus fort, on vous met du poids. C'est juste, non ?» Réponse qui contraste avec celle de Hope Solo. Héroïque contre le Brésil, la gardienne américaine a, pour sa part, loué les qualités des Bleues : «La France a l'une des meilleures attaques du monde. Elles ont un jeu créatif et peu de déchets. Nous avons beaucoup de respect pour cette équipe et pour les performances qu'elles font dans ce tournoi».

Commentaires

ACTUALITÉS DU FOOT EN SAVOIE

DEVENEZ PARTENAIRE DU CLUB

Devenez partenaire du CA Maurienne en investissant dans le sponsoring sportif !

Vous souhaitez :

- faire apparaître votre logo sur les maillots des équipes du CA Maurienne ?

- avoir un panneau aux couleurs de votre entreprise autour du stade Pierre Rey ?

- apporter une aide logistique ?

Représentés dans toutes les catégories durant la saison sportive, plus de 170 joueurs répartis dans 10 équipes porteront vos couleurs sur les terrains de foot de toute la Région !

N'hésitez pas à nous contacter afin d'apporter votre soutien !